NAO…Négociation Annuelle Obligatoire

  •  
  •  
  •  
  •  

Nancy, le 19 avril 2013

La NAO ? Kézako ? (négociation Annuelle Obligatoire)

Dès lors que l’entreprise est dotée d’un délégué syndical, l’employeur doit engager, tous les ans, une négociation sur les salaires, les effectifs, la durée et l’organisation du temps de travail, la prévoyance maladie, l’épargne salariale, les travailleurs handicapés et l’égalité professionnelle.

Tout d’abord, Un rapide retour sur la réunion NAO du 27 Mars 2013
Pour planter le décor :
Introduction de la DG :

« La situation économique du pays est difficile d’où l’obligation d’un budget contraint à Pôle Emploi. Pas d’augmentation du point dans la Fonction Publique sauf pour les catégories C, mais suppression du jour de carence.

La masse salariale à Pôle-emploi a augmenté de manière significative. »

La NAO ne concerne que les agents sous statut privé selon la direction. Le SNU ne partage pas non plus ce point de vue et demande que les collègues sous statut public puissent aussi bénéficier d’une revalorisation salariale. Le SNU propose une augmentation accélérée comme en 2009 .

Pour les collègues sous statut privé, le SNU revendique une augmentation de 7,5 %. Ce qui correspond à un rattrapage du pouvoir d’achat sur les 3 dernières années et une augmentation de 1,5 pour 2013.

Un certain syndicat se disant plus raisonnable ne réclame que 1,5%

La DG nous explique que l’embauche des 700 futur-es collègues est une priorité et ne permet donc pas une augmentation générale des salaires.

Par contre la DG est prête à reconnaitre les efforts fournis par l’ensemble des salariè-es de Pôle Emploi et propose donc une « prime significative » qui concernerait donc les statuts publics et privés.

Notre réaction:

Le SNU maintient notre revendication : la prime ne correspond pas à une revalorisation salariale et de plus n’est pas pérenne.

Celle des autres OS :

CGT et FO : identique à la notre

CFDT défendait au départ une revalorisation salariale mais se dit prête à accepter une prime d’un montant de 500 Euros.

CGC propose une prime de 1000Euros

Suite à nos réactions, la DG maintient sa position en nous expliquant que si un accord n’est pas trouvé sur le versement d’une prime les négociations ne se poursuivraient pas.

Or pour que cet accord soit valable il faut plus de 30% de signataires et 3 syndicats. Les voix de la CFDT et de la CGC ne suffisent pas…il faut donc un autre signataire !!!

Elle nous explique également que : pour que les agents sous statut public puissent bénéficier de cette prime, un décret simple doit être signé par le gouvernement et pour ce faire il ne peut aller négocier sans l’appui des syndicats.

Non ! pour la DG ce n’est pas du chantage !!

De plus, la direction se refuse à nous donner un montant de cette prime.

Seule petite réaction de la DG sur la proposition de la CGC et de la CFDT : ce montant parait trop élevé !

Conclusion :

La Direction propose une nouvelle réunion le 26 avril 2013.

Le SNU ayant toujours combattu les primes, ce chantage nous impose un débat en interne pour que notre organisation se positionne sur la proposition et donne mandat aux négociateurs, négociatrices.

ET VOUS ? Quelle est votre position ? 1, 2 ou 3 ?

1 : OUI pour la prime sans augmentation du point

2 : NON pour la prime et continuer à demander l’augmentation du point

3 : OUI si notre signature est nécessaire pour que l’accord soit valable ?

Votre position sur la boîte du snu lorraine…Merci !

  •  
  •  
  •  
  •